Bilans neuropsychologiques: enfants, adolescents, adultes, personnes âgées (bilans de mémoire)

Le Bilan neuropsychologique

Vous souhaitez faire pratiquer un bilan intellectuel  ou neuropsychologique à votre enfant ou vous souhaitez évaluer vos compétences cognitives. Cette plaquette a pour objectif de vous expliquer l’organisation, le contenu, et les objectifs de cette démarche.


1° Quelle et l’Utilité du Bilan Neuropsychologique ?

  • Il permet de comprendre et de mesurer le potentiel intellectuel
  • D’évaluer  plusieurs compétences :
    • Le Langage oral,
    • Le Raisonnement abstrait,
    • L’Analyse visuelle,
    • Les Capacités d’attention et de concentration
    • Le Fonctionnement de la mémoire 
  • En tenant compte des aspects émotionnels

L’évaluation de chaque compétence se déroule à partir de tests conçus et calculés en fonction de la tranche d’âge : ils permettent donc de situer le patient par rapport à la moyenne attendue à son âge.


2° Comment s’organise un bilan neuropsychologique ?
L’organisation d’un bilan neuropsychologique est structurée : 

  1. un premier entretien  a pour objectif de déterminer le contenu et les axes d’investigation,
  2. l’évaluation de l’efficience intellectuelle (test de quotient Intellectuel : QI) doit être priorisée car ce test permet une évaluation globale des capacités de raisonnement verbal et non verbal, de l‘attention et de la vitesse de graphisme. Il contient des épreuves obligatoires et des épreuves facultatives : la bonne pratique neuropsychologique commande de conduire toutes les épreuves dans le but d’élargir au maximum le spectre des données obtenues. 
  3. Ce test permet donc d’obtenir un profil des capacités cognitives du sujet et constitue donc la base de la réflexion à partir de laquelle des hypothèses seront dégagées. 
  4. Les résultats obtenus aux épreuves de raisonnement sont essentiels dans la prise de décision et dans l’élaboration d’un diagnostic : un score dans la moyenne permet d’évacuer toute hypothèse de trouble global c’est-à-dire de déficience intellectuelle.

Il n’est donc pas possible d’engager un bilan neuropsychologique par une évaluation spécifique de telle ou telle compétence : par exemple par des tâches d’attention ou de mémoire car les résultats ne pourraient être analysés en l’absence d’informations sur les aptitudes de raisonnement.
 

3° Quelle est la durée d’un tel bilan ?

  • la durée est variable, sous la dépendance du contenu des épreuves, des objectifs du bilan, de la vitesse d’exécution du patient, de ses difficultés et de son âge.

La pratique d’un bilan complet exige donc de prendre le temps nécessaire à la conduite des tests : la motivation du sujet ainsi que le contexte émotionnel sont des composantes importantes qui doivent être comprises et prises en compte par le professionnel afin d’obtenir des résultats fiables et révélateurs de la réalité du profil évalué.

  • Plusieurs séances sont proposées pour faciliter une évaluation dans les meilleures conditions de disponibilités et d’efficacité du patient. Le rythme de passation de chaque test est contraint par les règles établies, mais il est possible de segmenter la durée de passation si les difficultés du patient le requièrent. 

4° Le bilan définit-t-il le diagnostic ?

  • Le bilan neuropsychologique à lui seul ne permet pas de diagnostiquer un trouble spécifique d’apprentissage (troubles DYS) ou un trouble complexe tel que le trouble envahissant du développement, bien qu’il puisse déterminer la réalité d’une déficience intellectuelle.
  •  Il est considéré comme une aide au diagnostic. 

Le bilan neuropsychologique est donc nécessaire mais non suffisant pour déterminer si un patient présente un trouble relevant d’un DYS.

  • Le bilan neuropsychologique est le plus souvent complété par d’autres bilans centrés sur des aptitudes cognitives spécifiques : ainsi, dans l’élaboration du diagnostic il est fréquemment recommandé de pratiquer l’un ou plusieurs des bilans suivants :  bilan orthophonique, bilan psychomoteur, bilan ergothérapique auxquels peuvent s’ajouter des investigations médicales :ORL,Ophtalmologique, orthoptique.

4° Quel est l’usage du bilan ?

  • Il est multiple et évolue en fonction de l’âge et de l’intensité des troubles 
  • Toujours utile dans un premier temps l’élaboration diagnostic puis sollicité dans la construction du projet thérapeutique. 
  • Les informations révélant les capacités d’apprentissage concernent tout particulièrement les enseignants. Le plus souvent les conclusions constituent une base sérieuse et fiable pour engager une réflexion sur le projet scolaire et/ou la nécessité d’aménagements pédagogiques dans le but de contourner l’impact des difficultés.
  • Toutefois le bilan permet aussi de déterminer le bien-fondé d’une proposition de suivi psychologique : qu’il soit exclusivement orienté vers les aspects émotionnels ou qu’il intègre la composante d’apprentissage dans le cadre de remédiation cognitive, notamment dans le cas de déficit attentionnel.

Pour conclure..

Le bilan témoigne des aptitudes cognitives d’un patient.
Il permet une orientation du diagnostic de trouble spécifique d’apprentissage (Trouble DYS). Il est nécessaire mais non suffisant. 
Il convient de considérer que le bilan neuropsychologique s’inscrit dans un travail de collaboration pluridisciplinaire qui associe les professionnels du soin, les enseignants, famille et le corps médical. 
C’est donc un processus qui nécessite parfois plusieurs mois et permet une réflexion globale qui concerne et parfois engage les projets scolaires ou professionnels du patient.
La dimension émotionnelle, motivationnelle, contextuelle doit être prises en compte et intégrée dans l’analyse des aspects qualitatifs.
La proposition thérapeutique devra intégrer ces derniers éléments et devra associer la mobilisation et la motivation du patient.

Mme Toninato